JONZAC - 18 & 19 juillet 2020

drôles de rues 2020 Site en scène à jonzac charente maritime

Le festival « Sites en Scène - Drôles de Rues » à Jonzac, c'est toujours un programme riche, éclectique et tout public, pour découvrir des artistes locaux et internationaux !


Un nouvel espace plus champêtre et bucolique, avec pour toile de fond le magnifique Château de Jonzac sur son éperon rocheux ! Le Festival « Sites en Scène - Drôles de Rues » ouvert à tous, gratuit à faire en famille !

Le temps d'un week-end les abords du Château de Jonzac deviennent une scène internationale où se sont déjà produits plus d'une cinquantaine d'artistes, comme : Keziah Jones, Stephan Eicher, Olivia Ruiz, Catherine Ringer, Bernard Lavilliers, Juliette, Arno, Thomas Fersen, Jacques Higelin, Charlélie Couture, Fatoumata Diawara et Roberto Fonseca, Titi Robin, Arthur H, Michel Jonasz....

Le programme 2020 :
AFFICHE Droles de rues 2020 à Jonzac Haute Saintonge

SAMEDI 18 JUILLET

19h : Les Accords'Léon - en déambulation sur le site

20h : Jim Murpple Mémorial

21h : Les Accords'Léon - en déambulation sur le site

21h30 : Gunwood

22h : Mise en lumière et Illuminations - Compagnie Akouma

23h : Spectacle Oxo – Compagnie Akouma

23h30 : Skip The Use

DIMANCHE 19 JUILLET

19h30 : Les Accords'Léon - en déambulation sur le site

20h30 : Nicolas Moro Trio

21h30 : Les Accords'Léon - en déambulation sur le site

22h : Mise en lumière et Illuminations - Compagnie Akouma

22h : Sanseverino & Tangomotán

23h30 : Spectacle Oxo – Compagnie Akouma

Il est impératif de réserver et présenter votre ticket individuel par soirée (le billet du samedi n'est pas valable pour le dimanche)

billeterie 18 juillet droles de rues jonzac

billeterie 19 juillet 2020 JONZAC

Suivez la page Facebook fb.com/drolesderues/ pour connaître toute l'actualité jusqu'au jour J

Mesures sanitaires pour la sécurité de tous

Cela n'a échappé à personne, c'est une année assez spéciale et les organisateurs ont souhaité maintenir ce festival grand public avec un maximum de précaution : 

   Le respect des gestes barrières
   Pour accéder au site des concerts : apportez votre masque. Le port du masque est obligatoire.
   Des sens de circulation aux entrées et sorties du site
   La distribution de gel hydroalcoolique
   Une jauge de participants limitée
   Un engagement des festivaliers à respecter les conditions d'accès grâce à la réservation des billets

Prenez vos billets pour samedi et / ou dimanche, nous vous recommandons les activités et hébergements à proximité :

Chargement en cours...

Bon festival Drôles de Rues 2020 à tous

 

Les artistes de Drôles de Rues 2020

JIM MURPPLE MEMORIAL - Samedi 18 juillet à 20h - Scène principale

C’est du rhythm'n’blues jamaïcain, du vrai rhythm'n'blues, léger et envoûtant, où la douleur côtoie la joie de vivre... Mais version Jamaïcaine ! Encore et toujours 6 musiciens qui jouent, qui transpirent et qui swinguent, accompagnés d'une chanteuse charismatique débordant d'énergie à la voix douce et rock'n'roll. Un rien insolent, du rhythm'n blues comme il était joué dans les années 50 au sein des clubs et les bars de Kingston, avant qu'il ne donne naissance au rocksteady et au reggae.
Pour jouer cette musique, il fallait non seulement des passionnés, qui aient saisi l'âme de ces années là mais aussi, de vrais musiciens avec assez de tempérament et de dextérité pour en donner aujourd'hui, leur propre version. Entre classiques revisités et compositions très originales, redécouvrez l'authenticité du son et des différents grooves de cette musique insulaire et ressentez l'énergie du live sur la bande. Sur scène comme dans leur studio de Montreuil, ces mordus de son et chercheurs de couleurs mettent un point d'honneur à faire vivre la merveilleuse musique traditionnelle jamaïcaine, du ska au rhythm’n’blues en passant par le calypso et le rocksteady.
Après 26 ans de service musical, le JIM MURPLE MEMORIAL revient avec un 10ème album pour l'arrivée des beaux jours. A l'occasion de ce dixième opus, le collectif associe son destin à celui de 4 jeunes et sublimes voix. Celle de Nanou, chanteuse emblématique du groupe, cède sa place à ses deux filles; Célia et Nina tandis qu'Ellen Birath et Marie alias Bobbie; rencontres opportunes, rejoignent la formation. Cette nouvelle alchimie donne son nom à l'album à venir : "4" !


Site officiel : www.jimmurplememorial.com

GUNWOOD - Samedi 18 juillet à 21h30 - Scène principale

Le trio viril Gunwood campe un univers très West Coast de pionniers qui n’auraient pas oublié leur Irlande natale.
De ses croisements rock and folk, de son blues teinté d’influences celtiques, Gunwood tire un son rocailleux et diablement efficace. On retrouve dans ses compositions originales les accents de Bruce Springsteen, Neil Young, Simon & Garfunkel ou Janis Joplin. Le chanteur leader, Gunnar, à la voix patinée de blues, évoque Joe Cocker ou Little Bob.
Le trio pêchu fournit un premier album, Traveling Soul en 2018, où sonnent le banjo, l’harmonica, les claviers et les chœurs avec une énergie sans pareille. Mais c’est aussi sur scène que l’âme de Gunwood s’exprime avec conviction. En concert, ces trois talentueux gaillards vous embarquent pour une chevauchée des grands espaces.

Site officiel : www.gunwoodofficial.com

SKIP THE USE - Samedi 18 juillet à 23h30 - Scène principale

La chaîne Youtube de Skip the Use

 

NICOLAS MORO TRIO - Dimanche 19 juillet à 20h30 - Scène principale

Les chansons de Nicolas Moro sont à la fois dans leur époque et complètement hors des modes. Elles confèrent à la personnalité du chanteur quelque chose d’inclassable et d’intemporel. Avec sa voix chaude, ses costumes impeccables et l’autodérision qu’il enfile avec eux pour jouer les crooners-losers, avec ses paroles millimétrées, tantôt ironiques et potaches, tantôt mélancoliques et graves, ses références musicales et ses clins d’œil permanents au swing, au blues et à la musique populaire du siècle dernier, son air de n’y connaître rien et son humour absurde et flegmatique...
Nicolas Moro a su créer un univers original, neuf et pourtant familier où derrière une apparente simplicité, se cache un vrai talent d’auteur compositeur interprète et un musicien exigeant. Fondateur et auteur compositeur du groupe Opa Tsupa durant 15 ans, Nicolas Moro décide en 2015 d’écrire un nouveau répertoire de chansons en réservant plus de place à ses talents de paroliers et de les présenter au public soit, en s’accompagnant seul à la guitare, soit en trio avec Éric Sansiquet à la contrebasse et Alban Mourgues à la batterie.
Il tourne des clips vidéo, multiplie les concerts et enregistre un premier album : « L’amour est un oiseau volage » (coup de cœur des médiathèques de Paris) qui sort en 2018 et où se côtoie twist, tango, blues, java, salsa ou encore musette. En 2019 il enregistre un disque 5 titres : « Des traits en commun » avec d’autres auteurs-compositeurs-interprètes dont il se sent proche : Sanseverino, Éric Toulis, Nicolas Jules, Boule et Wally.

Site officiel : www.nicolasmoro.com

SANSEVERINO & TANGOMOTAN - Dimanche 19 juillet à 22h - Scène principale

Pour la première fois de sa carrière, Sanseverino se lance dans le tango, avec un quartet de rénovateurs du genre, Tangomotán. Un jour de fin d’été à Paris. Les bourrasques de vent qui s’engouffrent dans la rue Jean-Baptiste Pigalle annoncent l’automne. Mais au studio Pigalle, en bas de la rue, une autre tempête se lève. A peine rentré de sa tournée bluesy Montreuil / Memphis, Sanseverino prépare sa prochaine aventure musicale, au pays du tango.

En studio, il n’a pas lâché sa guitare électrique. Mais il est entouré d’une formation inédite : un pianiste, un violoniste, une bandéoniste et une contrebassiste. Des instruments acoustiques, mais une énergie de feu. Des cordes qui claquent, un piano déchaîné, un bandonéon hyper-ventilé... Ces quatre musiciens trentenaires forment le groupe Tangomotán, qui depuis une poignée d’années dépoussière le tango de fond en comble et en partant de la cave, de ses origines populaires.

Sanseverino n’est pas un spécialiste du tango. Mais son premier album, sorti en 2002, s’appelait quand même Le Tango des gens, d’après une chanson de François Béranger reprise sur le disque. « C’était un pied de nez, parce qu’il n’y avait pas de vrai tango sur cet album. Le thème de la chanson, c’était comment les gens font pour se déplacer dans la vie. Une vie vue d’en haut, ça ressemble à des pas de danse ». Plus tard, grâce à un contrebassiste italien, Sanseverino a découvert le vrai tango. En auditeur, en amateur. Il n’excluait pas d’enregistrer un jour du tango, mais à condition d’attendre le bon moment au bon endroit. Et les bonnes rencontres.

En 2015, Sanseverino découvre une vidéo de Tangomotán sur internet. Il adore leur fougue, leur jeu collectif, l’émotion, la tension et les contrastes qui explosent dans leur musique. Le contact est établi, l’intérêt et l’envie d’essayer réciproque. Premiers pas de danse en duo... « On connaissait tous la musique de Sanseverino. On n’avait jamais joué avec un chanteur. On ne voulait pas faire un album avec un chanteur : on voulait faire un album avec Sanseverino », expliquent les membres de Tangomotán. Ce groupe se produit toujours sur scène en bleus de travail, « pour rappeler les origines ouvrières du tango ». Sanseverino, lui, a un bleu de travail dans la tête, le goût des musiques populaires et des chansons qui chroniquent avec humour et tendresse la gravité du quotidien. Alors ils se sont mis au travail, un pas en avant un pas en arrière, à la découverte de l’autre et inversement, pour façonner une douzaine de nouvelles chansons qu’ils joueront ensemble sur scène, puis enregistreront. Un batteur viendra compléter le groupe, qui va aussi apprendre et « tangoïser » pour la scène d’anciennes chansons de Sanseverino. « Je veux rentrer dans le tango comme si je découvrais sans interprète un pays dont je ne parle pas la langue », résume Sanseverino. « On sent l’énergie rock de Sanseverino, qui amplifie ce qu’on cherche à faire depuis le début.
Ce projet tombe à point pour nous, c’est une nouvelle page qui va nous apporter un nouveau souffle », explique Tangomotán. Et à l’écoute des premiers morceaux qui se trament au studio Pigalle, on peut prédire que ça va souffler très fort.


Distribution
Sanseverino : chant, guitare
Stéphane Huchard : batterie Tangomotán (Quatuor)
Marion Chiron : bandonéon
Leandro Lacapere : piano
Blanche Stromboni : contrebasse Violon : TBC


Site officiel : www.sanseverino.fr & www.facebook.com/tangomotan

LES ACCORDS’LEON - Samedi 18 juillet à 19h30 et 21h et dimanche 19 juillet à 20h et 21h30

Ambassadeur de l'art de chanter à la française, la Maison LES ACCORDS'LÉON est une référence de l'épicerie fine de la chanson. A bord de leur triporteur motorisé, sonorisé et éclairé, les épiciers déambulent en jouant dans les petites rues ou s'arrêtent sur la place, ils feront aussi patienter la foule, avant de prendre place devant la scène pendant le changement de plateau.
LES ACCORDS'LÉON distribue leur carte au public qui choisit son plat, son entrée, son apéro, etc... Et même son dessert ! Au menu, le Mille feuille devient "Les P'tits Papiers" ou alors les Merveilles du pays laissent place à "Emmenez-moi"... tout cela en version Trash Guinguette. Le public chante, danse et accompagne nos épiciers au son des cuivres, des percussions et de l'accordéon. Alors n'attendez plus, venez choisir votre prochain plat, mais attention... Une surprise vous sera réservée!


Site officiel : www.nivuniconnulesite.com

ILLUMINATIONS et SPECTACLE DE FEU « OXO » - Cie Akouma- Samedi et dimanche à partir de 21H

Akouma créé un univers féérique par l’installation de chemins de flammes, de bougies, de lampions, de suspensions, de braseros, investissant l’espace naturel et architectural, au sol, en hauteur, partout où l’inspiration née. Le spectateur pourra flâner à son rythme au gré des ambiances sonores, des lieux dont il deviendra lui-même acteur.
Spectacle OXO de 30 min : Samedi 18/07 à 23h et dimanche 19/07 à 23h30 : Seule une potion magique pouvait permettre à ses valeureux guerriers du feu, pourtant rompus à la pratique de tant de disciplines, aussi éclectiques que variées (et réciproquement), d'aboutir au spectacle ultime, qui aboutirait, au péril de leur vie, à la parfaite osmose du feu, de la danse et de la pyrotechnie.
Comme l'a si bien dit en son temps le célèbre poète et astronome persan du XIIème siècle, Omar Khayyam: "Le Vin et la Danse s'enlacent inlassablement, tels deux amants insatiables, autour de l'indomptable Feu du grand banquet de la vie" C'est ainsi qu'est né ce spectacle, né d'un chaudron, lui-même né d'une grande soif, qui mêle la danse certes rendue parfois quelque peu approximative par l'abus du contenu du suscité chaudron le feu, sous toutes ses formes, et la pyrotechnie, sous toutes ses couleurs.
Une bande son métissée de musique du monde accompagne ce spectacle.

Site officiel : www.compagnie-akouma.com

---------------------------- 

 Cette opération a bénéficié du soutien du Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural de la Région Nouvelle Aquitaine, via le programme LEADER de la Haute-Saintonge.
3 logos NA UE Leader

FaLang translation system by Faboba