De pierre et d'eau

bd-l-eau-jonzac

Un espace naturel préservé…

La Seugne affluent de la Charente traverse paisiblement Jonzac, si parfaitement maîtresse du paysage urbain que l’on ne songe même plus à remarquer qu’elle en est la voie principale et qu’elle lui donne tout son charme. Sur ses berges sont encore visibles d’anciennes adouberies, vestiges du temps où florissaient les industries filles de la Seugne : celles des tanneurs et des tisserands.

bd la-pierre-jonzac

Les origines du château et les premiers seigneurs

La première mention écrite du château remonte à 1059. A cette époque il est difficile de connaître son aspect extérieur, néanmoins, il occupe le même site que le château actuel, à l’extrémité orientale de la ville sur un mamelon rocheux.

Les fouilles archéologiques

Centre Culturel

Fondé en 1505 par Jean de Sainte-Maure, seigneur de Jonzac le cloître des Carmes fut construit, selon la légende, sur les vestiges d’une ancienne chapelle dédiée à Saint Nicolas. Du XVIe siècle, il ne subsiste que le mur nord et le chevet de l’église dont les contreforts sont surmontés de petites sculptures gothiques (petits animaux fantastiques et petites têtes humaines surnommées « les curieux » parce qu’ils se penchent pour regarder le spectacle de la rue… A voir de la rue Ruibet-Gatineau).