visuel article sitePour cette nouvelle saison, les Lundis de l'Opéra vous emmène dans les plus belles salles de Paris et d'Europe.
Sur le grand écran du Cinéma Familia, vous apprécierez les chefs d'oeuvres de ballets et d'opéras.

Au programme de la saison 2018-2019 :

Opéra « La Traviata » : Lundi 8 octobre 2018
Ballet « Le Corsaire » : Lundi 17 décembre 2018
♦ Opéra « Don Pasquale » : Lundi 14 janvier 2019
♦ Opéra « Roméo et Juliette » : Lundi 11 février 2019
♦ Ballet « Hommage à Jérôme Robbins » : Lundi 29 avril 2019
♦ Opéra « L'enlèvement au sérail » : Lundi 13 mai 2019
♦ Ballet « Cendrillon » : Lundi 24 juin 2019

Renseignements/billetterie : Cinéma Familia 05 46 49 99 45

 

 

 

 

gran f5a3667Opéra « La Traviata » - Lundi 8 Octobre 2018 - 20h

Enregistré à l'Opéra Bastille

Après Dumas fils, c’est Verdi qui donna son immortalité à la Dame aux camélias dans un chef-d’œuvre cruel et sublime, l’un des plus étreignants du répertoire. Benoît Jacquot met en scène Diana Damrau dans cet opéra de l’amour et du sacrifice.
« Et cette pauvre Mariette Duplessis qui est morte… C’est la première femme dont j’ai été amoureux, qui se trouve dans je ne sais quel cimetière, livrée aux vers du sépulcre ! Elle me le disait bien il y a quinze mois : “Je ne vivrai pas : je suis une singulière fille et je ne pourrai y tenir cette vie que je ne sais pas ne pas mener et que je ne sais pas non plus supporter. Prends-moi, emmène-moi où tu voudras ; je ne te gênerai pas, je dors toute la journée, le soir tu me laisseras aller au spectacle et la nuit tu feras de moi ce que tu voudras !” Je ne vous ai jamais dit de quel singulier attachement je m’étais pris pour cette charmante créature. Maintenant la voilà morte… Et je ne sais quelle étrange corde d’élégie antique vibre dans mon cœur à son souvenir. ».
Ainsi Franz Liszt évoquait-il à Marie d’Agoult le fantôme inoubliable de celle qui allait devenir la Dame aux camélias. Après Dumas fils, c’est Verdi qui lui donna son immortalité dans un chef-d’œuvre singulier, l’un des portraits de femme les plus étreignants du répertoire, à la fois cruel et sublime.
Après Werther, Benoît Jacquot met en scène Diana Damrau dans cet autre opéra de l’amour et du sacrifice.

Opéra en trois actes de Giuseppe Verdi (1853)
Livret de Francesco Maria Piave d'après le drame d'Alexandre Dumas fils La Dame aux camélias

Direction musicale: Francesco Ivan Ciampa
Mise en scène: Benoît Jacquot
Décors: Sylvain Chauvelot
Costumes: Christian Gasc / Lumières: André Diot
Chef du Chœur: Alessandro Di Stefano
Orchestre et Chœur de l'Opéra national de Paris

2h54 plus un entracte

 

 

 

gran 06 lecorsaire firenze dato alice firenze zulmea davide dato birbanto Ballet « Le Corsaire » : Lundi 17 décembre 2018 - 20h

 

Enregistré au Wiener Staatsoper (Opéra de Vienne)

Depuis sa première en 1856 à l’Opéra de Paris, Le Corsaire compte parmi les ballets d’action les plus impressionnants du XIXe siècle. Inspiré par le poème épique de Lord Byron, Le Corsaire narre les aventures dans l'ancienne ville turque d'Andrinople du fougueux corsaire Conrad qui tombe amoureux de la belle Médora, pupille du marchand d'esclaves Lankedem et convoitée par le très puissant Pacha. Isaac, un compagnon de Conrad, et Gulnare, la belle esclave amoureuse du Pacha, s'invitent dans l'intrigue. Le Corsaire est un ballet classique qui multiplie les tableaux spectaculaires et féeriques. Objet de multiples versions, Le Corsaire est surtout devenu familier grâce à Jules Perrot puis à Marius Petipa et a acquis une célébrité mondiale au début des années 60 avec Margot Fonteyn et Rudolf Noureev qui rendront légendaire son fameux pas de deux. Il n’avait encore jamais été représenté dans son intégralité au Wiener Staatsoper avant que le directeur du ballet de l’Opéra de Vienne Manuel Legris n’entreprenne de redonner à cette œuvre une place à la hauteur de son importance dans l’histoire de la danse.

Ballet en trois actes
Chorégraphie de Manuel Legris
D’après Marius Petipa
Musique d’Adolphe Adam

Dramaturgie et livret : Manuel Legris et Jean-François Vazelle
Décors et costumes : Luisa Spinatelli
Lumières : Marion Hewlett
Wiener Staatsballett

Direction musicale : Valery Ovsianikov
Orchester der Wiener Staatsoper

2h05 plus 1 entracte


 

 

gran vincent pontet opera national de paris don pasquale 17.18 vincent pontet onp 17 Opéra « Don Pasquale » : Lundi 14 janvier 2019 - 20h

Enregistré au Palais Garnier

« Bien idiot est celui qui se marie en grand âge. » Ainsi se termine Don Pasquale : sur un sage dicton qui ne manque pas d’ironie et qui résume les déboires de son héros, riche célibataire désireux de se marier et trompé par son neveu Ernesto et sa jeune promise Norina. Créé à Paris en 1843, à la charnière de plusieurs époques, Don Pasquale, œuvre composite et variée, est l’apothéose du genre buffa. Donnée pour la première fois à l’Opéra national de Paris, elle est confiée au metteur en scène italien Damiano Michieletto qui fraie la voie de la sincérité et de la profondeur dramatiques au cœur d’une œuvre en apparence légère.

Dramma buffa en trois actes (1843)
Musique de Gaetano Donizetti
Livret de Giovanni Ruffini, Gaetano Donizetti

Direction musicale : Evelino Pidò
Mise en scène : Damiano Michieletto
Décors : Paolo Fantin
Costumes : Agostino Cavalca
Lumières : Alessandro Carletti
Chef des Chœurs : Alessandro Di Stefano

Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris

2h38 plus 1 entracte
Coproduction avec le Royal Opera House, Covent Garden, Londres

 

 

gran aida garifullina saimir pirgu 3 a. bofillOpéra « Roméo et Juliette » : Lundi 11 février 2019 - 20h

Enregistré au Liceu de Barcelone

L’histoire d’amour la plus célèbre de la littérature a été adaptée dans une version fidèle à la tragédie originale de Shakespeare grâce au talent de Charles Gounod, un des plus grands représentants du drame lyrique français. Roméo et Juliette est de retour sur les planches du Gran Teatre del Liceu après 32 ans d’absence. Cette coproduction avec l’Opéra de Santa Fe, dirigée par Josep Pons, met en vedette Saimir Pirgu et Aida Garifullina dans les rôles-titres. La mise en scène de Stephen Lawless inscrit l’action dans le contexte de la Guerre Civile aux Etats-Unis (1861-1865). Les amoureux évoluent dans un mausolée, telle une préfiguration qui conditionnera fatalement leur destin dès les prémices de leur histoire d’amour.

Opéra en cinq actes (1867)
Musique de Charles Gounod
Livret de Jules Barbier et Michel Carré
D’après Shakespeare

Direction musicale : Josep Pons
Mise en scène : Stephen Lawless
Décors et costumes : Ashley Martin Davis
Lumières : Mimi Jordan Sherin
Chorégraphie : Nicola Bowie
Chef des Chœurs : Conxita Garcia

Orchestre symphonique et Chœurs du Gran Teatre deI Liceu

2h30 plus 1 entracte

 

 

gran icare onp glass pieces jerome robbins photo icare onp3101 30Ballet « Hommage à Jerome Robbins » : lundi 29 avril 2019 - 20h

Enregistré au Palais Garnier

Jerome Robbins considérait le Ballet de l’Opéra de Paris comme sa seconde famille après le New York City Ballet. Ce spectacle en son honneur réunit des oeuvres qui témoignent de l’infinie diversité de ses sources d’inspiration et de son génie de la scène. Entre l’énergie de Glass Pieces, pièce de grand format, et la douceur tout intérieure d’Afternoon of a Faun et de A Suite of Dances, se dessine cette capacité rare de faire vibrer les corps dans une compréhension vivante de la musique. Avec l’entrée au répertoire du célèbre Fancy Free, véritable portrait théâtral d’une époque, Robbins offre une autre facette de ses talents.

Afternoon of a Faun
Musique : Claude Debussy
Chorégraphie : Jerome Robbins
Décors : Jean Rosenthal / Costumes : Irene Sharaff /Lumières : Jean Rosenthal

A Suite of Dances
Musique : Johann Sebastian Bach
Chorégraphie : Jerome Robbins
Décors : Jean Rosenthal
Costumes : Irene Sharaff / Lumières : Jean Rosenthal /Violoncelle : Sonia Wieder-Atherton

Fancy Free
Entrée au répertoire
Musique : Leonard Bernstein
Chorégraphie : Jerome Robbins
Décors : Oliver Smith / Costumes : Kermit Love / Lumières : Ronald Bates

Glass Pieces
Musique : Philip Glass
Chorégraphie : Jerome Robbins
Décors : Jerome Robbins, Ronald Bates / Costumes : Ben Benson /Lumières : Jennifer Tipton

Les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de Ballet
Direction musicale : Valery Ovsyanikov
Orchestre de l’Opéra national de Paris

2h10 dont 1 entracte de 20 mn

 

 

gran l enlevement au serail c agathe poupeney opera national de paris 3 Opéra « L'enlèvement au sérail » : Lundi 13 mai 2019 - 20h

Enregistré au Palais Garnier

L’Enlèvement au sérail fut le premier grand opéra en langue allemande construit tel un Singspiel, cette forme théâtrale typiquement germanique alternant parties chantées et parlées. En ces temps où l’influence de l’Empire ottoman sur son voisin autrichien participait à l’humeur alla turca de la vie viennoise, Mozart piocha dans l’orchestration des fanfares de janissaires pour ornementer sa partition, dont les intentions humanistes – vertu de la tolérance, de la fidélité amoureuse, célébration de la bonté humaine – préfiguraient celles développées dans La Flûte enchantée et La Clémence de Titus, les derniers chefs-d’oeuvre. Métaphore du combat opposant la Liberté à toute forme d’absolutisme, la quête de Belmonte pour délivrer Konstanze du joug de Selim, résonna avec force dans une Europe alors soufflée par l’esprit des Lumières. « Tous les efforts que nous faisions pour parvenir à exprimer le fond des choses devinrent vains au lendemain de l’apparition de Mozart.
“L’Enlèvement” nous dominait tous. », écrivit Goethe, bouleversé par la grandeur d’âme et le radieux optimisme du compositeur.

Singspiel en trois actes (1782)
Musique de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Livret de Johann Gottlieb Stephanie
d’après la pièce de Christoph Friedrich Bretzner

Direction musicale: Philippe Jordan
Mise en scène: Zabou Breitman
Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris

3h01 plus un entracte

 

 

 

gran sebastien mathe opera national de paris cendrillon photos sebastien mathe onpBallet « Cendrillon » : Lundi 24 juin 2019 - 20h

Enregistré à l'Opéra Bastille

Le célèbre conte de Charles Perrault, mis en musique par Sergueï Prokofiev, est transposé dans un décor de cinéma où se succèdent les références aux héros du 7e art américain. Rudolf Noureev propulse sa Cendrillon sous les sunlights hollywoodiens. Avec un producteur pour fée marraine et un acteur vedette comme prince charmant, elle échappe à son destin misérable et voit ses rêves s’accomplir. Une histoire qui n’est pas sans rappeler celle du chorégraphe, jeune Tatar devenu star internationale. Avec ce « ballet‑métaphore », la Compagnie rend hommage à Rudolf Noureev qui fut son directeur.

Ballet en trois actes
Musique de Serguei Prokofiev
Adaptation, chorégraphie, mise en scène : Rudolf Noureev
D'après Charles Perrault

Mise en scène : Rudolf Noureev
Décors : Petrika Ionesco
Costumes : Hanae Mori
Lumières : Guido Levi

Les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de Ballet
Direction musicale : Vello Pähn
Orchestre Pasdeloup

2h50 dont 2 entractes de 20 mn

 

 

Tous renseignements Cinéma Familia 05 46 49 99 45
www.cinema-familia.fr

 

 

 

 

 

FaLang translation system by Faboba

Actualités facebook